« De la littérature à l’écran », Sibiu mars 2010

Du 16 au 26 mars

à 18h

au lectorat français de Sibiu

Projections de 8 films et documentaires

Organisées par le Lectorat français et le Département d’Etudes françaises et francophones de Sibiu

Découvrez notre programme et venez nombreux !

Télécharger ici le  programme ou regardez ci-dessous et suivez les liens pour en savoir plus…

***

Mercredi 17 mars

Jean de La Fontaine, le défi

Paris résonne de mille bruits en ce matin du 5 septembre 1661 : Fouquet, le puissant conseiller du roi, est arrêté sur ordre de Colbert ; le jeune Louis XIV devient le seul maître. Alors que les autres artistes, reniant leur amitié, se précipitent au service du monarque tout puissant, un homme se lève pour affirmer son soutien au surintendant déchu, le poète Jean de La Fontaine. Colbert se jure alors de faire plier le rebelle, seul artiste du royaume à situer son art au-dessus du roi.

***

Jeudi 18 mars

Marguerite telle qu’en elle-même

Dominique Auvray a rencontré Marguerite Duras en 1974 : le début d’une longue collaboration et d’une amitié indéfectible. Monteuse de plusieurs de ses films, elle livre ici un portrait personnel de la femme à l’aide d’archives familiales (films et photographies) et d’extraits d’émissions de télévision dans lesquelles elle s’exprime en toute liberté.

***

Vendredi 19 mars

Phèdre

Hippolyte, fils de Thésée, annonce à son confident Théramène son intention de quitter Trézène pour fuir sa belle mère Phèdre qu’il n’aime pas et surtout pour fuir son amour pour Aricie. Phèdre, épouse de Thésée, avoue à Œnone, sa nourrice et confidente, la passion qu’elle ressent pour son beau-fils Hippolyte. On annonce la mort de Thésée.

***

Lundi 22 mars

Cocteau et compagnie

Jean Cocteau (1889-1963) a été, comme peu d’autres, un artiste engagé dans son siècle. Sa soif de découvertes et de connaissances ainsi que ses talents multiples l’ont amené à s’intéresser à tous les arts : la littérature et la poésie, les arts plastiques, le cinéma, le théâtre et même la danse et la musique. Dans ce film, la narration est portée par les textes de Cocteau, ses films, la musique qu’il jouait et surtout ses dessins qui, animés, donnent le fil conducteur. Cet éclectisme a été alimenté tout au long de sa vie par une profusion de rencontres artistiques et amoureuses, de Stravinsky à Picasso, de Coco Chanel à Jean Marais. C’est ce tourbillonnement de rencontres et ce foisonnement artistique qui ont inspiré ce film.

***

Mardi 23 mars

Hiroshima mon amour

En août 1957, à Hiroshima. Dans la pénombre d’une chambre, un couple nu, enlacé. Elle, une jeune actrice française d’une trentaine d’années venue pour jouer dans un film sur la paix. Lui, un architecte japonais. C’est l’histoire de leur histoire.

***

Mercredi 24 mars

Film surprise !

***

Jeudi 25 mars

La Femme de Gilles

Années 30, dans un milieu ouvrier. Elisa est la femme de Gilles. Gilles travaille dans les hauts-fourneaux, parfois le jour, parfois la nuit. Elisa s’occupe des enfants, de la maison et vit chaque jour dans l’attente du retour de Gilles. Victorine est la sœur d’Elisa.

Un jour, une sensation, une certitude qui s’abat, insupportable, sur Elisa : il se passe quelque chose entre Gilles et Victorine. Un étrange combat intérieur commence alors, fait de courage, d’abnégation, de silences. Pour retrouver ce qui était perdu. Pour redevenir la femme de Gilles.

***

Vendredi 26 mars

Un fil à la patte

À la veille de son mariage, Fernand de Bois d’Enghien veut rompre avec sa maîtresse, la chanteuse Lucette Gautier. Mais il lui est bien difficile d’avoir une conversation sérieuse avec la belle Lulu, plus amoureuse de lui que jamais, au milieu d’un tourbillon d’admirateurs. D’abord Gontran de Chenneviette, père de son enfant ; puis Ignace de Fontanet, l’ami fidèle ; et Irrigua, un général d’Amérique du Sud qui dilapide en bijoux le budget de la défense nationale, ou encore l’ineffable Bouzin, auteur de mauvaises chansons quand il n’est pas clerc de notaire. Alors, fatigué après une nuit d’amour et afin d’éviter un drame, Fernand de Bois d’Enghien se tait. Mais le pire se prépare. La baronne Duverger, future belle-mère de Fernand, a invité Lucette à venir chanter au mariage de sa fille. Lulu a accepté, ignorant que le marié n’est autre que son bien-aimé…

***

Tous les films sont projetés à 18h !

***

Avec le soutien de La Faculté de Lettres de Sibiu, l’Ambassade de France en Roumanie, la Délégation Wallonie-Bruxelles et l’Ambassade du Canada en Roumanie





Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s