C’est la rentrée!

C’est la rentrée au lectorat!

Ayant terminé sa mission de 4 ans, réalisée avec succès, Sylvain Audet a quitté l’université Lucian Blaga et est remplacé par un nouveau lecteur français, Pierre Guiol.

Le lectorat, lui, reste le même et n’a pas changé de place : au 1ere étage de la faculté de Lettres, il vous offre la possibilité d’être au contact de la culture et de la langue française : plus de 1500 ouvrages, les revues les plus lues en France, dans tous les domaines d’intérêt, des projections de films, de la musique, des conférences, des discussions…et le tout en français : que ce soit avec des roumains ou avec d’autres francophones. Il est ouvert à tous les étudiants de Sibiu (tout type d’études) ainsi qu’aux professeurs.

Mais pourquoi passer du temps dans ce petit coin de France?…Et puis pourquoi apprendre le français dans un monde ou tout le monde parle l’anglais?…il est normal de se poser ces questions quand on apprend le français et il est même indispensable de se les poser : en effet, trouver une motivation est important dans l’apprentissage d’une langue car cela demande des efforts et de l’investissement.

Je pourrais citer de nombreux exemples d’étudiants roumains déjà rencontrés qui sont partis faire une année d’étude erasmus en France, sans trop savoir pourquoi ils y allaient mais qui par contre en revenaient avec un seul souhait : y retourner et se perfectionner en français.

A vous donc de trouver votre motivation, que ce soit dans les « méthodes avancées » de La maîtresse d’école de Georges Brassens, un chanteur français d’un autre temps mais dont les textes ont gardé leur audace et leur anti-conformisme (chantée ici par Maxime Leforestier, autre chanteur engagé)… :

….ou dans les paroles des spécialistes (tirées d’un article sur le site du réseau extérieur de la France ):

“Je présenterai les conclusions d’un important travail de recherche, composé d’une étude et d’interviews étudiants sur les pratiques de communication des professionnels du commerce international. Les conclusions montrent que, dans un commerce mondialisé, les compétences en anglais sont considérées comme une obligation, la connaissance d’autres langues comme un gros avantage. Lorsque l’anglais est utilisé comme langue commune entre des personnes de cultures différentes, trois caractéristiques ressortent : l’exactitude du contenu (plutôt qu’une grammaire correcte), l’usage d’un vocabulaire spécifique au commerce (plutôt qu’un anglais général) et la capacité à établir un rapport. De plus, les compétences traditionnelles du commerce telles que l’authenticité, la clarté et la politesse sont mises en avant puisqu’elles sont étroitement liées avec le savoir-faire commercial, en particulier dans la situation actuelle de saturation d’information. Enfin, les conclusions de l’étude insistent sur le rôle des autres langues dans le succès des échanges,” témoigne Mme Anne Kankaanranta (PhD, MSc (Economie), EMBA, maître de conférences en International Business Communication à l’Ecole de Commerce de l’Université d’Aalto, Finlande).

« Il est généralement admis que l’anglais est la langue des affaires internationales et du commerce en particulier. Bien que l’importance de l’anglais en tant que Lingua franca ne puisse être contestée, lorsque l’on regarde de plus près les procédures dans les entreprises allemandes, aussi bien les petites et moyennes entreprises que les grandes, on constate que la situation est différente. Alors que l’utilisation de l’anglais est dominante sur de nombreux terrains, d’autres langues jouent un rôle très important dans les domaines de la communication au sein des entreprises mais également lors du contact avec les clients. Des exemples et des faits seront présentés, ainsi que les conséquences des politiques pour les politiques linguistiques des entreprises, » précise le Prof. Hermann Funk (Friedrich-Schiller Université de Jena, expert pour l’allemand dans le commerce et la vie professionnelle).

Ou alors tout simplement parce que quand les stars viennent en Roumanie, elles chantent en Français (Chanson Elle me dit de Mika, au B’EstFest de Bucarest, le plus important festival roumain de Musiques actuelles) :

D’autres bonnes raisons à (re)découvrir ici…

A bientôt au lectorat!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s