Expositions « Le Baron Francophone » au musée Brulenthal

Affiche des expositions "Le Baron Francophone" au musée Brukenthal - Mars 2013Mois de Mars 2013
Musée Brukenthal

Le mois de mars est le mois dédié à la francophonie. 220 millions de personnes parlent français aujourd’hui dans le monde, parlent UN français. C’est en regard de ce dynamisme culturel et linguistique que le Musée Brukenthal, l’Ambassade de France en Roumanie, l’Institut Français de Roumanie, le lectorat français de l’Université de Sibiu, et leurs partenaires, ont voulu montrer qu’à Sibiu aussi, le français a sa place. Il a sa place au milieu des autres langues car la francophonie ce n’est pas l’hégémonie du français, c’est le choix du plurilinguisme!
Et ce n’est pas un hasard si le choix s’est porté sur peut-être le personnage le plus emblématique de Sibiu : le baron Brukenthal. En effet, le baron, comme toutes les élites de son époque, était francophone, et on l’a oublié. Cette série d’exposition est là pour nous le rappeler. Le français était au XVIIIe siècle, la langue de transmission de la culture et des idées humanistes et c’est ce que reste l’idée de la francophonie : au delà de la langue, une communauté d’idéaux sociétaux. Au delà donc de la fausse « guerre » des langues, la francophonie promeut encore aujourd’hui et peut-être plus encore qu’avant, la diversité, la découverte et l’ouverture à l’autre…un monde où il n’y a pas une seule langue et une seule manière de penser mais bien un espace où les langues de chacun ont leur place…à commencer par l’anglais, aux côté des autres!

Cette série ďexpositions permettra de (re)découvrir dans les collections du Musée National Brukenthal de Sibiu des différentes pièces ďorigine française ou relatives à ľhistoire, ľart et la culture française du XVIème-XIXème siècle : des chefs ďœuvre de gravure, des livres anciens, des peintures, des monnaies, des médailles et des décorations. Beaucoup de peintures, de gravures et de pièces numismatiques montrent les relations si changeantes entre la France et ľEmpire des Habsbourgs, dont la Transylvanie était une province de frontière. De ce point de vue, intéressantes pour ľhistoire locale sont les pièces concernant les guerres de Napoléon I Bonaparte, parce que deux régiments de la région de Sibiu ont participé aux quelques batailles contre lui: le régiment roumain de gardes de frontière ďOrlat à la bataille ďArcole (1796) et le régiment 31 ďinfanterie de Sibiu aux batailles ďEbelsberg et ďAspern (1809). La première exposition de cette série présente les efforts ďun jeune luthier français, M. Gauthier Saillard, de reconstituer la gusla transylvaine, une sorte de vièle médievale, en sʼappuyant sur les images du cet instrument à cordes et archet, trouvées en différents endroits de Roumanie, parmi lesquelles le Musée National Brukenthal, où on conserve aussi un instrument semblable.

 
 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s