Spectacle Novecento

affiche du monologue novecentoLundi
25 novembre 2013
20.45
Café Atrium
 
Spectacle en français

 

 
 

Monologue sur fond musical
Adapté et Interprété par Christian DUHAMEL
d’après une nouvelle d’Alessandro Baricco

Ce monologue de Baricco raconte l’histoire unique de Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento. Né et abandonné sur un paquebot en 1900, il sera adopté par l’équipage et grandira parmi eux sans jamais descendre à terre. Doué pour la musique, il apprend à jouer du piano et devient un virtuose. Tous ceux qui l’entendent jouer le considèrent comme le plus grand pianiste de tous les temps. Adulte, il n’est encore jamais descendu à terre, mais sa réputation le rend célèbre et un autre pianiste de génie décide de le provoquer en duel, c’est-à-dire un duel musical, afin d’établir qui est vraiment le plus grand.

L’histoire est racontée par Tim Tooney, le trompettiste de l’orchestre, ami de Novecento et témoin privilégié de sa vie déconnectée.

Extrait
« Il avait du génie pour ça, il faut le dire. Il savait écouter. Et il savait lire. Pas les livres, ça, tout le monde le peut, lui, ce qu’il savait lire c’était les gens. Les signes que les gens emportent avec eux : les endroits, les bruits, les odeurs, leur terre, toute leur histoire… écrite sur eux, du début à la fin. Et lui, il lisait, et, avec un soin infini, il cataloguait, il répertoriait, il classait…. Chaque jour, il ajoutait un petit quelque chose à cette carte immense qui se dessinait peu à peu dans se tête, une immense carte, la carte du monde, du monde tout entier, d’un bout jusqu’à l’autre. […] Et ensuite il voyageait dessus, comme un dieu, pendant que ses doigts se promenaient sur les touches en caressant les courbes d’un ragtime. »

« Moi j’y suis né sur ce bateau. Et le monde y passait, mais par deux mille personnes à la fois. Et des désirs, il y en avait aussi, mais pas plus que tu pouvais tenir entre la proue et la poupe. Tu jouais ton bonheur, sur un clavier qui n’était pas infini. La terre, c’est un bateau trop grand pour moi. C’est un trop long voyage. Une femme trop belle. Un parfum trop fort. Une musique que je ne sais pas jouer. »


Musiques

Jelly Roll Morton
Didier Squiban
Jan Garbarek
Michel Grailler et Riccardo Del Fra
Chet Baker
Keith Jarrett
Billie Holiday

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s