Centenaire de la Grande Guerre : Exposition « Hommage au Capitaine Conan »

affiche de l'exposition "hommage au capitaine conan" à sibiu1er au 19 décembre
Casa Armatei (hol-u)
(in fata facultatea de litere)
 
Entrée libre

1918, dans les Balkans. D’un côté, les corps francs, ceux qui font le sale boulot ; de l’autre, les gradés, les stratèges. D’un côté, ceux qui « font » la guerre, de l’autre, ceux qui la « gagnent ». Pour l’armée française d’Orient, la guerre de 14-18, ce fut plutôt 14-19 : après l’armistice, celle-ci n’est pas démobilisée mais au contraire laissée en stationnement en Roumanie, à la demande de celle-ci qui craint l’entrée par l’est des bolchéviques. Les hommes de Conan, jeune lieutenant de l’armée d’Orient, se rendent coupables de pillages et sont jugés par un tribunal militaire dont l’accusateur n’est autre que Norbert, ami de Conan.

Dans cette oeuvre littéraire -prix goncourt (plus important prix littéraire français) en 1934- puis cinématographique (Tavernier 1996), l’auteur accuse. L’armée et ses généraux guignols qui n’ont aucune conscience de ce qui se passe sur le terrain. L’injustice de la guerre qui contraint la société à fabriquer des meurtriers pour les réprouver ensuite.

Cette exposition rend hommage à cette histoire et cette analyse trop peu connue ou trop oubliée, mais aussi à son incroyable aspect documentaire sur la vie roumaine, et bucarestoise en particulier, à la sortie de la première guerre mondiale, et la rencontre entre le peuple de ces deux pays latins aux Histoires désormais définitivement liées après l’entrée du Général Berthelot dans un Bucarest libéré et vainqueur aux côtés des deux souverains roumains.
Et pourtant, Roger Vercel, l’auteur, lui-même soldat de cette armée d’Orient, n’est resté en Roumanie que quelques mois.

Cette exposition est entourée de documents issus des Archives Nationales de Roumanie, illustrant les différents moments de la participation de la Roumanie au premier conflit roumain.

Remerciements chaleureux à M. Col. (r) Ioan Parean, M. Col. Japier, M. Louis Guermond, M. Alexandru Tatu, M. Frédéric Bonnor.

entrée du général Berthelot dans bucarest libéré aux côtés des souverains roumains le 1er décembre 1918

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s